Emo de Medeiros : Points de Résistance

    Pour sa participation à l’exposition « Afriques Capitales », une proposition de Dominique Fiat, commissaire Simon Njami, à la Grande Halle de la Villette du 29 mars au 28 mai 2017, l'artiste franco-béninois Emo de Medeiros présente une œuvre conceptuelle et participative, intitulée Points de Résistance. En électricité, en finance mais aussi dans le lexique militaire, l’expression "point de résistance" désigne un point de bascule, le lieu ou le moment dans lequel une situation peut être renversée.

    L'œuvre d’Emo de Medeiros se compose d’un mur de poings moulés par l'artiste dans des feuilles d'aluminium. Peints à la peinture de carrosserie, de 7 couleurs choisies pour leur polysémie symbolique, ces Points forment aussi une installation sonore, contenant des enceintes qui diffusent des extraits audio, allant d'archives sonores telles que les messages codés diffusés par la Résistance française sur Radio Londres pendant la Seconde guerre mondiale ou la déclaration d’indépendance du Vietnam ou du Ghana, jusqu'à Public Enemy en passant par les voix de Mandela, 2Pac, Gilles Deleuze, James Baldwin, Churchill ou Sankara. Par ailleurs, des puces NFC et des smartphones permettent aux spectateurs d’interagir directement avec la pièce.

    Dans sa dimension performative, l'œuvre est une pièce collective, une invitation adressée aux visiteurs à faire acte de résistance par le mot et le geste contre l’expansion des totalitarismes actuels. Il leur est proposé de créer un Point de Résistance, empreinte en feuille d’aluminium de leur propre poing, puis le prendre en photo et le poster sur Instagram et Facebook, signalé par les hashtags #laresistance  #resistance #iresist #makeapoint #resistancepoints  #getupstandup  #neversurrender, etc. en l’accompagnant ou non d’autres hashtags et de texte additionnel.

    L’artiste invite le public à s’engager, à poser un acte relevant d’une éthique esthétique et d’une esthétique éthique : la notion de résistance est investie non seulement comme moteur d’une situation artistique, mais également comme choix politique, mémoire et Histoire. Comme l'a formulé Deleuze : Créer, c’est résister.

    Et c’est toujours dans les villes, en Afrique ou ailleurs, que commence la Résistance.

    Production Africa Aperta – Dominique Fiat, mars 2017

     

    Emo de Medeiros est un artiste franco-béninois vivant à Paris et à Cotonou.

    Son travail explore les thèmes de la transculturalité, des représentations post-coloniales, des identités en transformation dans le contexte de la mondialisation comme hybridation et comme mutation. Il questionne également les métamorphoses du continent africain dues à la révolution numérique, et l'émergence au 21esiècle d'une “TransAfrique” globalisée en transition entre tradition et innovation accélérée.

    Son travail a été exposé dans plusieurs expositions internationales personnelles et collectives au Bénin, en France, au Royaume-Uni, au Maroc et en Afrique du Sud. Il a notamment été montré au Salon d'art contemporain de Montrouge en 2013, au Palais de Tokyo à Paris en 2014, à la Biennale de Dakar et à la Biennale de Marrakech en 2016.