Under the Cherry Moon

    GILLES BALMET


    jusqu'au 23 juillet 2016

    Dominique Fiat présente «Under the Cherry Moon», titre en hommage à Prince, fréquemment évoqué dans le travail de Gilles Balmet. Concernant les réalisations de l'artiste,  voici quelques indications, qui nous permettent de suivre le développement de sa démarche, son processus de création, le fil de sa pensée.

    L’oeuvre Wabi Sabi, est une simple toile, pliée et mêlée d’encre de chine et de gesso, et fait écho à une quête, très japonaise, de beauté dans la simplicité. Brutalité et ébauche de calligraphie viennent se contredire et s’effacer dans une contemplation Orient/Occident qui évoque par ses craquelures la céramique japonaise.

    Dans la série Ink Mountains débutée en 2009, l’artiste s’est interrogé sur l’évolution des gestes à travers le temps et l’expérience.Réponse sur papier Arches.
    Le support et son rapport à la technique est également visible sur les Rubber Souls , diffusion délicate de l’encre de chine sur fibres de papier, et Japanese Landscapes - papier washi à base de fibre de mûrier - dont les plis sont maintenus.

    Depuis 2010 Gilles Balmet a développé en contrepoint des Ink Mountains , des oeuvres picturales comme en négatif qui se rattachent au genre du paysage aux multiples interprétations, oscillant entre des lectures d’images paysagères désertiques, aquatiques ou montagneuses aux formats où la limite de la taille des supports permet de véritables expériences quasi performatives pour lesquelles la sollicitation du geste et de la maîtrise des matières est extrême. Pour la première fois la toile comme support apparaît.

    Les Silver Reliefs sont des oeuvres des plus grands formats actuels de l’artiste, et réalisés avec prise de risque, car le papier est un matériau fragile au contact de l’eau et une mauvaise manipulation est irrémédiable alors que le protocole utilisé agit comme un sismographe.

    Marble Index évoque le minéral et les strates du temps dans le sol, les découpes et extractions des carrières de marbre laissant apparaître des ordres géométriques naturels illustrent une construction géologique, physique et chimique accélérée par le geste de l’artiste.

    Dans Back to brushes on retrouve l’intérêt de Gilles Balmet pour la notion d’écriture et d’énergie liée à la peinture asiatique, évoluant de manières ornementales ou végétales. Les changements d’échelle sont fréquemment utilisés ainsi que l’hybridation de plusieurs techniques telles que dans Hybrid Landscapes où après des semaines d’attente les oeuvres sont travaillées par des paysages de matières sédimentées.

    Enfin Black star évoque le dernier titre de David Bowie compagnon d’inspiration de l’artiste, et expérimente de larges passages de brosse sur des dessins tracés à l’aide de pipettes.
    La série est graphique, dynamique et musicale.